ENTRETIENS GAGNANTS N° 2 - Edition Beziers

La vie des réseaux

Le Biterrois est structuré de nombreux réseaux ou mouvements dans lesquels s’impliquent bien des dirigeants d’entreprise. Dans chacun de ses numéros, Entretiens gagnants leur consacre un espace afin de mettre en exergue quelques-unes de leurs initiatives et actions significatives, passées ou à venir, qui s’inscrivent dans une démarche de développement de l’économie locale.

S’impliquer pour le mécénat culturel

Plato Ouest-Hérault a organisé le 27 mars dernier, au Musée de Sérignan, une réunion d’information sur le mécénat culturel. Aux côtés des représentants de l’Etat (Bernard Huchet, Souspréfet de Béziers, et la DRAC du Languedoc-Roussillon), une soixantaine de chefs d’entreprises du Biterrois ont pris part à cette réunion. Une première dans la région ! L’occasion aussi pour ces dirigeants de (re)découvrir l’étonnant musée d’art contemporain de Sérignan… L’objectif de cette rencontre : mobiliser les moyens et les énergies des secteurs public et privé autour de l’art contemporain, du patrimoine et de l’art lyrique. Une initiative qui témoigne de l’intérêt que portent les décideurs économiques locaux à la mise en place et au développement du mécénat culturel d’entreprises dans l’Ouest- Hérault. A savoir que Plato, dont la vocation première est de « favoriser l’échange d’expériences et de transferts en savoir-faire », regroupe une centaine de PME à forte valeur ajoutée de l’arrondissement, issues de secteurs d’activités différents.


Développer la fonction commerciale

Favoriser le développement de la fonction commerciale et aider les jeunes qui s’y destinent » : c’est, comme l’explique leur nouveau président Jean-Louis Dreuille, la raison d’être des Dirigeants Commerciaux de France. Chaque année, ils sont à l’origine de plusieurs manifestations qui font vivre la fonction commerciale. C’est ainsi que, du 4 au 8 juin 2007, les DCF de Béziers organisent (comme de tradition tous les deux ans) la semaine nationale de la performance commerciale. Thème de l’année : “ rayonner et conquérir ”. Pendant cette semaine, partout en France, des manifestations et événements organisés par le réseau DCF visent à récompenser au niveau de chaque association les entreprises les plus performantes, puis à distinguer ensuite, dans différentes catégories, les meilleures d’entre elles au niveau national… « Il s’agit de distinguer les entreprises qui se démarquent des autres dans leur fonction commerciale. C’est une bonne façon d’être reconnu par ses pairs… ». Mais les DCF de Béziers ne se limitent pas à ce seul événement : le 27 février, ils ont organisé leurs “ Négociales ” au Palais des congrès, en collaboration avecl’IUT Techniques de Commercialisation de Béziers. Durant ce concours de négociation, des étudiants se sont confrontés aux professionnels : 18 établissements du Languedoc-Roussillon étaient représentés, soit 160 élèves. « C’est un vrai challenge pour toutes les écoles de commerces et autres formations du genre de la région, un match entre étudiants et entre écoles… » Enfin, le 15 mars s’est aussi déroulé à Béziers le concours national de la commercialisation : une étude de cas a été donnée par les DCF aux étudiants spécialisés dans l’action commerciale et la gestion d’entreprise. Tant d’actions auprès des jeunes qui seraient, pour les DCF, « une façon de faire passer à nos futurs confrères notre expérience et nos messages. Il n’existe pas de formation sur le terrain à la fonction commerciale… ».


Accompagner les porteurs de projet

Structure de soutien à la création / reprise d’en treprise, Béziers Initiative aide les porteurs de projet de l’Ouest-Hérault à financer leurs fonds propres. Cette plate-forme d’initiative locale leur octroie des prêts d’honneur sans intérêt, ni garantie. Depuis 1995, elle a contribué « au maintien et à la création de plus de 900 emplois à travers 170 financements », explique Roxane Dardaine, la chargée de mission. Cette association (présidée par Claude Décor) est soutenue par des partenaires publics, mais aussi privés. « Des entreprises de l’arrondissement donnent à fonds perdus pour contribuer au développement de l’économie locale ». Et ce sont des “ bénévoles professionnels ” (chefs d’entreprise, banquiers et experts- comptables) qui animent et font vivre la structure. « Généralement, les banques ne couvrent pas les besoins en fonds de roulement… Il s’agit donc d’aider les porteurs de projets par une intervention financière ». Mais Béziers Initiative génère aussi un effet de levier : « notre intervention amène souvent les organismes bancaires, pourtant qualifiés de “ frileux ” envers les créateurs (dont la plupart n’ont aucune expérience de la vie des affaires), à envisager leur dossier sous un angle plus favorable », avance Claude Décor. Béziers Initiative s’engage aussi dans un suivi de l’entreprise sur cinq ans, « plus ou moins poussé en fonction de la disponibilité du porteur de projet ». Ceci afin de « contrôler les écarts et d’appliquer les mesures correctives nécessaires ». En 2006, 38 projets ont été examinés et 32 financés. « 70 emplois ont maintenus ou créés ». L’association entend toutefois rester fidèle à son éthique : « nous n’assurerons pas une croissance à tous crins au détriment de la qualité des accompagnements. Pas question d’envoyer un créateur ou repreneur dans une voie sans issue pour transformer notre action en démarche statisticienne ! »


Miser sur un « libéralisme responsable »

Pas de livre blanc, pas de long catalogue de mesures… A l’approche des élections présidentielles et législatives de 2007, le Centre des Jeunes Dirigeants d’entreprises (CJD) avait choisi de réfléchir autour d’une vision : celle d’un “ libéralisme responsable ”. « Ce qui nous apparaît essentiel, c’est l’idée de liberté. Liberté de penser, d’apprendre, de choisir, d’agir, de circuler, d’entreprendre… Mais une telle liberté doit être en permanence équilibrée par la responsabilité », estime le président national du CJD, Thomas Chaudron. « Il faut avoir le souci du monde qui nous entoure et des générations futures. Ce libéralisme responsable est le souffle dont nous avons besoin pour préparer l’avenir ». Préalablement aux débats qui ont été organisés partout en France autour de cette thématique, Guillaume Abello et la section biterroise du CJD avaient convié le 1er février dernier leurs adhérents, ainsi que ceux de régions voisines, à dialoguer avec leur président national au Palais des congrès de Béziers. Pour exprimer et faire entendre sa vision prospective au cours des campagnes électorales, le CJD a élaboré onze propositions, regroupées en cinq ambitions, qui ont été présentées et débattues à Béziers. Parmi toutes ces idées, certaines pourraient, aux yeux du CJD, mériter examen, voire engagement : « instaurer une contribution sociale sur la consommation pour préserver le système de protection sociale, à l’exemple de l’Allemagne ; investir sur les générations nouvelles, pour ne pas laisser autant de jeunes sur le bord de la route ; faire des contraintes environnementales une opportunité de développement durable et d’innovation ; simplifier le contrat de travail pour une flexibilité sans précarité ; accorder le droit à l’expérimentation sociale… » Le CJD a ainsi décliné sa « vision d’une entreprise différente, consciente de la nécessité de conjuguer performance économique, sociale et sociétale ».


Focus

Un lien entre avocats et entreprises

L’association “ Avocats et Entreprises ” a pour vocation de « promouvoir le développement du Droit au profit des entreprises et de leur dirigeant ». Elle intervient au travers de trois initiatives : une revue trimestrielle qui répond en langage clair aux questions que se posent les dirigeants dans la gestion de leur entreprise ou de leur patrimoine personnel, des colloques organisés en partenariat entre dirigeants et avocats, ainsi que des clubs, lieux d’échange et de proximité. Au cours de petits-déjeuners, avocats et chefs d’entreprise du club de Béziers débattent de divers sujets d’actualité… Présidé par Roland Abello, en binôme avec Catherine Vendroy (Bâtonnière de Béziers), ce club a pour vocation de « créer des liens entre les entreprises et les avocats, mais aussi de permettre aux dirigeants d’appréhender les compétences diverses des avocats du Barreau de Béziers en matière de Droit des Affaires ». A cet effet, un partenariat a été instauré avec le Centre de Droit de l’Entreprise (Faculté de Droit de Montpellier) pour assurer des formations et colloques ayant attrait au Droit des Affaires.