ENTRETIENS GAGNANTS N° 2 - Edition Beziers

La Corse : envol vers un concentré de trésors


La Corse : ses villages, ses criques, son terroir, ses chants polyphoniques… Un patrimoine et une palette incommensurable de paysages à vous couper le souffle ! Le tout à 1h30 d’ici, depuis qu’une ligne aérienne saisonnière relie, à raison de deux vols par semaine, le Languedoc à l’île de Beauté... En proposant un tremplin vers la Corse, l’aéroport biterrois et la compagnie Airlinair ouvrent la voie à des excursions mémorables. Entretiens gagnants vous met l’eau à la bouche, quelques suggestions d’escales insulaires à l’appui. Dépaysant !

Une montagne dans la mer

Au gré de la durée de votre escapade, plus ou moins “ corsée ”, l’île présente de multiples facettes à découvrir en circuit itinérant, en séjour en bord de mer ou en montagne… Avec comme point de départ Bastia- Poretta, bien des excursions s’offrent à vous sur l’ensemble des “ micro-régions ” de Corse. L’aéroport bénéficie d’une situation géographique privilégiée : il rayonne sur l’ensemble de cette île si pittoresque, où chaque village vaudrait presque le détour ! A une vingtaine de kilomètres en partant vers le nord, Bastia est une escale immanquable. Plus au nord encore, le Cap Corse est bordé de villages de pêcheurs et de tours génoises qui offrent, à chaque virage d’une route en corniche, des points de vue… spectaculaires ! Enfin, en direction du sud, c’est la voie royale vers la Corse des cartes postales…


Bastia, la Cité baroque

Cette ville d’art et d’histoire possède un patrimoine baroque d’une étourdissante richesse, qui se découvre facilement. Marquée par cette empreinte et par ses vestiges génois, Bastia a le charme des vieilles cités méditerranéennes… Point de départ idéal : l’inévitable place Saint-Nicolas, belle esplanade de 300 mètres de long sur 90 de large. En empruntant la rue Napoléon (une artère commerçante dont les immeubles arborent des plaques votives appelant la protection divine), on découvre plusieurs oratoires. Celui de la Confrérie Saint-Roch (datant de 1604, avec une belle statue processionnelle du Saint et un superbe orgue en noyer sculpté et doré) et celui de la Confrérie de l’Immaculée Conception, remarquablement riche (dont la placette est pavée de galets figurant la lune, le soleil et un astre).

Un peu plus loin, on parvient à la place du Marché, où se dresse Saint Jean-Baptiste. Une promenade autour du Vieux Port amène aux Jardins Romieu, oasis de verdure surplombant le plan d’eau. Une galerie couverte située dans les jardins et qui passe sous les puissants remparts mène à la citadelle. Celle-ci date de la fondation de la ville en 1381. Le palais des Gouverneurs, à la belle façade baroque, y a abrité l’administration génoise jusqu’en 1768. Les plus motivés peuvent aussi visiter la cathédrale Ste-Marie, l’église St Charles Borromée, le Palais de Justice et sa superbe colonnade intérieure en marbre bleu de Corté… Au sortir de la Cité, une promenade en pleine campagne offre plusieurs points de vue panoramiques, permettant d’admirer les îles de l’archipel toscan (Capraïa, Elbe, Pianosa et Monte Cristo).


La route de la corniche et ses villages

Au nord de Bastia se cachent de magnifiques petits villages. A travers maquis, oliviers et châtaigniers, toujours entre mer et montagne… Brando, Santa Maria di Lota, Pietrabugno et Cardo : autant de sites à découvrir en empruntant un circuit sur la corniche. Cette route du bord de mer est jalonnée de nombreuses criques et plages de galets. Une première halte à la marine de Lavasina, dont le sanctuaire fait l’objet d’un pèlerinage très populaire chaque 8 septembre (jour de la nativité de la vierge), puis quelques escales s’imposent à Erbalunga, un village de pêcheurs, ou à la marine de Miomo, une petite station balnéaire à la mode… Enfin (incontournable !), le petit village de Cardo, à quelques 25 minutes de la préfecture de la Haute Corse. C’est l’ancêtre de la ville de Bastia : l’actuel vieux Port de la cité se nommait d’ailleurs Porto-Cardo bien avant que la “ bastilla ” (du nom de laCitadelle) n’existe. Le village possède plusieurs fours à pain, lavoirs, fontaines… Les friands de gastronomie seront comblés par un magasin de produits corses particulièrement bien achalandé : saucisses ou jambon traditionnels, fromages, confitures, miel, pâtisseries locales mais aussi vins fins et liqueurs. Deux restaurants y proposent également des menus corses à bon rapport qualité / prix…


Une petite halte à Furiani

Au sud de la cité Bastiaise, on décèle bien des sites dignes d’intérêt, à découvrir en une journée. Notamment le village de Furiani, avec son (tragiquement) fameux stade et son patrimoine typiquement corse. C’est ici aussi que se trouve la brasserie Pietra et ses célèbres bières à la châtaigne… A voir également : la réserve naturelle de l’étang de Chiurlinu, un site exceptionnel par la richesse de sa faune et de sa flore (respectivement 240 et 300 espèces). Et puis, pourquoi pas profiter aussi, tout au long de la route du Lido de la Marana, des superbes plages de sable bordées de pinède ?!


La côte Est, le Centre et le Sud

Mais la partie nord n’est pas le seul coin de Corse qui vaille le détour. Loin s’en faut ! En partant en direction du sud de l’aéroport, c’est la voie tracée vers la côte orientale et l’extrême sud de l’île. Lieux multiples de villégiature où se mêlent plages de sable, châtaigneraies, vignobles… Etrusques, Carthaginois et Romains ont laissé leurs marques à travers des sites archéologiques exceptionnels. De Linguizetta à Solaro, la Costa Serena, à l’Est de l’île, englobe les petits villages du Moïta Verde (la patrie d’ébénistes et de luthiers de renom, où se déroulent les Rencontres du Violoncelle les 1er et 2 juillet), du Fiumorbu, mais aussi Vezzani (et sa fête du bois début juillet), Pietroso, ainsi que Ghisoni Lugo et Poggio di Nazza. Un atypique coin de Corsequi mérite une escale : autour de ses trois étangs, il vit en été au rythme de nombreux spectacles. En allant vers le centre de l’île, c’est, depuis l’aéroport, l’itinéraire le plus rapide pour découvrir Corté, la “ capitale historique ” de la Corse (où se trouve le Musée d’Anthropologie) et franchir aisément la chaîne de montagnes pour se rendre vers Ajaccio, la ville natale de Napoléon. A l’ouest de Bastia-Poretta, la Balagne (avec ses villes de Calvi et Ile Rousse) est réputée pour son huile d’olive, la richesse de son patrimoine et sa route des artisans. Elle est surnommée “ la festive ”, du fait de ses manifestations à foison. Bref, à seulement une heure et demie d’ici, un extrait de paradis…


Focus

Les horaires et les prix

Du 13 juin au 2 septembre, Airlinair propose deux liaisons hebdomadaires entre Béziers et Bastia . Si les horaires sont adaptés aux locations saisonnières à la semaine (d’un samedi à l’autre), ils permettent aussi des courts séjours, ou des week-ends à rallonge… Tous les mercredis et samedis, départ de Béziers à 11h30, arrivée à Bastia à 13h (vol A5 400). Et départ de Bastia à 13h40, arrivée à Béziers à 15h10 (vol A5 401). Billets disponibles dans les agences de voyage, sur.airlinair.com, auprès du Centre de réservations Airlinair (0810 478 478), du comptoir de l’aéroport (04 67 809 909) et des comptoirs Air France. Côté tarifs, un premier prix est proposé à 69 € TTC l’aller simple. Tarif typologique ( pour les enfants, étudiants, familes ou séniors) à partir de 193,44 € TTC l’aller/ retour Paris à prix... cassés ! Sur la liaison Béziers/Paris, Airlinair propose jusqu’au 30 septembre 1 000 places à 39 € TTC l’aller simple! Billets auprès de la compagnie...

Pour parvenir aux Pozzi, au dessus de Ghisoni, il faut emprunter le col de Verde

Crédit photo : Office du Tourisme de Ghisonaccia