ENTRETIENS GAGNANTS N° 6 - Edition Beziers

Raymond Couderc


Un dynamisme qui ne se dément pas

Raymond Couderc est sénateur-maire de Béziers, mais aussi président de la Communauté d’Agglomération Béziers Méditerranée.

 

 

1. COMMENT PERCEVEZ-VOUS L’EVOLUTION DE VOTRE TERRITOIRE FACE AU CONTEXTE ECONOMIQUE ?

 

Dans le contexte de crise économique planétaire, notre territoire du Biterrois s’en tire plutôt bien. Certes, personne ne peut passer totalement entre les gouttes ! Cependant nous avons plusieurs atouts qui nous permettent de tenir bon, de faire face plutôt mieux que bien d’autres. D’une part, notre industrie (mécanique, métallurgie, produits phytosanitaires, emballage) n’est pas directement affectée par le recul des secteurs les plus touchés (automobile par exemple). D’autre part l’activité touristique est très soutenue par de nombreux touristes se repliant sur la côte languedocienne plutôt que de partir vers des destinations plus lointaines (y compris l’Espagne). Enfin, comme la consommation est soutenue en France, l’activité logistique reste très active. Seule l’activité viticole reste déprimée, malgré le soutien très fort apporté par notre outil Béziers Méditerranée Oenopole. Il est vrai que notre action devrait pouvoir s’inscrire dans une action de plus grande envergure au niveau régional : or, dans ce domaine, les actions efficaces font largement défaut et ce n’est pas en exposant des bouteilles dans des maisons de la Région aux quatre coins du monde que l’on redonnera à notre viticulture la dynamique nécessaire.

 

2. QUELLES INTERVENTIONS CONCRETES Y AVEZ-VOUS APPORTE ?

 

Dans le Biterrois, les grandes communes et les communautés d’agglomération ont renforcé leurs budgets d’investissement en 2009, répondant ainsi aux sollicitations de l’Etat dans le cadre du plan de relance. Or, outre notre outil de prospection et d’accompagnement aux entreprises, Béziers Méditerranée Expansion a accéléré son action et ses contacts. Nous n’avons pas cessé d’examiner des projets d’implantation d’entreprises sur notre territoire, même si les sollicitations ont un peu ralenti fin 2008/début 2009.

 

3. QUE POUVEZ-VOUS NOUS DIRE SUR L’EVOLUTION DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ?

 

L’efficacité de notre action en matière d’implantation d’entreprises apparaît clairement quand on examine l’évolution du produit de la taxe professionnelle pour BEZIERS MEDITERRANEE. En 2008, l’augmentation a été de 7,8 % alors que les taux sont inchangés depuis 2002. C’est dire à quel point notre territoire est dynamique. Nous avons d’ailleurs quelques inquiétudes avec la disparition programmée de la taxe professionnelle et nous exigeons que, dans les nouvelles dispositions qui seront prises, il demeure un lien fort entre le territoire et les nouvelles ressources fiscales. En un mot : si l’on se bat pour implanter des activités, il faut que le territoire en perçoive les bénéfices !

 

 

 

 

4. PARLEZ-NOUS DE LA PEPINIERE D’ENTREPRISE DE MERCORENT ?

 

La pépinière d’entreprise de Mercorent vient d’ouvrir ses portes. C’est un outil mis en place en commun par la Communauté d’Agglomération et la Communauté de Communes voisine (La Domitienne). Il s’agit de prendre en compte le territoire des Biterrois au sens large car les retombées profitent à tous (emplois, consommation…). Cette pépinière, installée au Nord-Est de Béziers, sera complétée par un outil complémentaire situé à l’Ouest, sur le territoire de La Domitienne.

Malheureusement, le Conseil Régional n’a pas considéré qu’il s’agissait d’outils significatifs pour le développement économique et, contrairement au Département, n’a pas apporté son aide et sa  reconnaissance.

 

5. EN QUOI L’INAUGURATION DE LA BASE LIDL EST-ELLE UN ABOUTISSEMENT POUR LE TERRITOIRE ?

 

L’installation de la base logistique de LIDL n’est pas un aboutissement pour le territoire ! C’est une étape dans l’installation d’activités logistiques qui vont également trouver des possibilités d’implantation sur l’ensemble des parcs d’activité de BEZIERS MEDITERRANEE : les portes de Sauvian, le parc d’activité Béziers Ouest, bientôt Mazeran et la Méridienne.

 

6.  QU’EN EST-IL DE LA FUTURE ZAC DE LA MERIDIENNE ? DU PARC D’ACTIVITE DE MAZERAN ?

 

Le parc d’activité de Mazeran va bientôt être concrétisé : les procédures de ZAC sont en fin de course et le parc devrait être opérationnel en 2010-2011. Pour ce qui concerne la Méridienne, au « confluent » des autoroutes A9 et A75, nous venons de relancer la procédure afin de confier cette zone à un aménageur. La filiale logistique du Port de Barcelone, après avoir choisi Béziers a dû se rabattre sur les seuls projets du port de Barcelone pour tenir compte de la chute de 25 % du trafic portuaire. La société qui a repris les activités logistiques en Espagne et dans le reste de l’Europe a décidé de ne pas engager de nouveau projet.

            Nous entreprenons donc les contacts et les discussions avec les sociétés de logistique qui étaient en portefeuille pour négocier avec chacun d’elles. La réalisation du parc d’activité sera plutôt concrétisée vers 2012,  qu’avant. 

 

7.  QUELLE EST VOTRE PERCEPTION DE BEZIERS MEDITERRANEE EXPANSION ? ET SURTOUT COMMENT QUALIFIRIEZ VOUS LEURS RESULTATS ?

 

L’action de Béziers Méditerranée Expansion est majeure pour notre Communauté d’Agglomération et le territoire du Biterrois : accueil des porteurs de projets, analyse des projets, réalisations de business plans, accompagnement dans la recherche de terrains, de bâtiments et de subventions, appui pour la mise en  oeuvre de la formation et de l’accueil de la main d’œuvre, etc.…

            Nos partenaires espagnols du Port de Barcelone n’ont d’ailleurs pas tari déloges sur Béziers Méditerranée Expansion,  nous disant que nulle part ailleurs ils n’avaient trouvé un tel appui.

 

 

8. QUEL BILAN DRESSEZ-VOUS DE VOTRE TERRITOIRE ?

 

Notre territoire a une position charnière entre l’Espagne et la vallée du Rhône. Il est au carrefour de deux axes autoroutiers majeurs : A 9 et A 75. Tout le monde s’accorde pour dire que c’est un territoire d’avenir. Voila une raison de plus pour nous de maîtriser croissance et développement et d’assurer le respect de l’environnement.

 

9. ENFIN QUELLE EST VOTRE VISION REGIONALE ?

 

En effet, la région Languedoc Roussillon a la chance de ne pas avoir (encore) dilapidé son espace et ses richesses naturelles et patrimoniales. Certains n’imaginent l’avenir qu’en « bétonnant » les vignes, notamment en étendant sans limites des zones commerciales au détriment des espaces agricoles et naturels. Nous devons nous appuyer sur ce remarquable réseau de villes moyennes (de Perpignan à Nîmes, en passant par Narbonne, Carcassonne, Béziers, Sète, Mende, Alès) qui peut structurer et dynamiser le territoire autour de la capitale régionale. Nous devons enfin faire un effort moyen pour l’immobilier d’entreprise, beaucoup plus que pour le foncier d’entreprise. Certains se font une gloire aujourd’hui d’acheter ici ou là des centaines d’hectares d’espaces agricoles pour les transformer en zones d’activités. Or le problème majeur est celui de l’immobilier et non pas du foncier. Il faudra reprendre demain une démarche qui corresponde à l’attente véritable des porteurs de projets et des entreprises.