ENTRETIENS GAGNANTS N° 1 - Edition Beziers

L’Ozone au service de la dépollution

Installée à Béziers dans la zone du Capiscol, la société FAVIE Fourniture pour l’Agriculture, la Viticulture, l’Industrie et l’Environnement propose des solutions innovantes et naturelles pour la lutte contre les pollutions olfactives et bactériologiques ainsi que la vente de pompes hydrauliques.

Initialement, la société FAVIE avait fait du commerce et de la réparation de la pompe hydraulique son cheval de bataille. N’importe quel type de pompe pouvait être fournie par l’entreprise, entretenue et réparée. Et question pièces détachées, pas de missions impossibles ! A n’importe quel moteur, même ancien, les techniciens de FAVIE dégottaient la partie à changer. Si cet aspect de l’activité de la société est toujours d’actualité, à ses côtés, Jean-Michel Raynaud, le directeur de l’entreprise, à rajouté une activité innovante au service de la dépollution, l’utilisation maîtrisée de l’ozone.



De la traditionnelle pompe à l’innovante ozone. Comment faire d’un parasite un allié?
Electronicien de formation, Jean-Michel Raynaud connaissait déjà à travers son parcours professionnel les bienfaits que l’on pouvait tirer d’une bonne utilisation de l’ozone pour l’environnement. Enjeu majeur de notre XXIème siècle, la pollution est partout présente, dans l’air comme dans l’eau. D’où l’idée de travailler sur l’utilisation des vertus de ce gaz pour apporter une pierre supplémentaire à cette lutte. C’est ainsi qu’est né le premier générateur d’ozone Favie, processus exclusif mis en œuvre par Jean-Michel Raynaud, actionné par une pompe, bien sûr ! « Ma gageure, c’était de mettre en application ce que je pressentais, à savoir que je pouvais faire de ce parasite qu’est l’ozone, un véritable allié » souligne-t’il. L’ozone est bactéricide et fongicide. Son pouvoir oxydant détruit les bactéries, celle contenues dans l’eau comme dans l’air. Elle détruit ainsi toutes les odeurs, bonnes comme mauvaises.

Des applications dans l’industrie.
Dans les usines de salaisons, très présentes entre autre dans les hauts-cantons de l’Hérault, on avait pris l’habitude de désinfecter chimiquement les salles de tranchage et de séchage. Mais l’air n’était pas désinfecté pour autant, vecteur comme on le sait de contamination. Alors, comment ça marche ? On fabrique de l’ozone à partir de l’oxygène contenu dans l’air, qui transformé en O³ par le générateur, est pulvérisé dans l’air. Il le désinfecte puis disparaît totalement au bout de 20 minutes, étant totalement instable en milieu stérile. A Lacaune comme dans de nombreux départements du sud-ouest et du Pays Basque, cette méthode est utilisée avec succès.

Une application et un coût désormais intégré dans de nombreux projets.
Les applications de ce processus sont très nombreuses et désormais de plus en plus intégrées au projets industriels ou privés. Ainsi, dans l’entreprise SEYPOL, les huiles Lesieur entre autres, on équipe désormais systématiquement les tours aéro-réfrigérées de ce procédé à l’ozone pour lutter contre la légionella. Les sites de Clermont-Ferrand, Bordeaux et Compiègne en étaient déjà pourvus, c’est le tour maintenant de la future usine de la banlieue rouennaise. En utilisant des composants naturels pour cette lutte, on évite tout traitement chimique dont on ne maîtrise pas toujours les effets à moyen, voir long terme. Autre application contre la pollution olfactive, l’exemple de SITA. L’entreprise est tenue légalement de récupérer le « lexivia », jus issu des décharges chargé en polluants. Ces matières sont drainées puis stockées dans des lagunes. Avec la mise en œuvre du système à l’ozone, les occupants des habitations voisines peuvent vivrent en paix, leur odorat ne subissent désormais aucune gêne. Utilisation également pour des bassins d’évaporation de distilleries et pour des caves coopératives. De nombreux particuliers s’intéressent aussi à ce procédé. Jean-Michel Raynaud continue ses essais avec les ostréiculteurs du Bassin de Thau pour trouver une solution au récurrent problème de la « malaïgue ». Des architectes le contactent aussi. Les terrains à bâtir devenant de plus en plus rares ils cherchent comment, par exemple, valoriser des parcelles proches d’une station de lagunage dans la perspective de la construction d’un ensemble immobilier. L’ozone est sur tous les fronts.


Jean-Michel Raynaud

Dépollution

• La réactivité face aux demandes urgentes
• L’adaptabilité à tous besoins particuliers
• Des coûts de production et de réalisation cohérents
• La flexibilité de la réponse par rapport à chaque demande
• Un rayonnement national
• La modernisation d’installations anciennes ou obsolètes

Favie
ZA du Capiscol
11, rue des Artisans
34500 Béziers
Tél 04 67 30 05 00
Fax : 04 67 30 09 05
favie_jmr@club-internet.fr

Coup de cœur de Jean - Michel Raynaud les vins de Saint-Chinian comme ceux de Cazal Viel et de Faugères, Jean-Michel Alquier en particulier.