ENTRETIENS GAGNANTS N° 1 - Edition Beziers

Transports


Le Biterrois bénéficie d’une position géographique enviée. Il est doté d’une belle palette d’infrastructures de transport : au carrefour de l’A9 et de l’A75, il dispose d’un axe fluvial remarquable (le Canal du Midi), d’une voie maritime avec toutes activités portuaires à proximité immédiate, d’un aéroport en cours d’extension et d’une liaison ferroviaire à grande vitesse avec la capitale... Des atouts loin d’être négligeables pour le développement du territoire.

Aéroport : un nouveau départ


Actuellement, deux lignes desservent l’aéroport de Vias : Paris, à raison de trois fréquences quotidiennes, et Bastia, avec la liaison hebdomadaire lancée au printemps, reconduite pendant les vacances cet hiver. Début octobre, la CCI a présenté son projet de développement : outre le tour de table financier, elle a annoncé la mise en œuvre des travaux d’extension de la piste, étape indispensable à l’arrivée de nouveaux opérateurs... Extension, élargissement et renforcement de la piste : les travaux, qui débutent mi-novembre, doivent durer trois mois pour plus de 9 M € de travaux. Différentes collectivités ont entériné leur participation aux côtés de la CCI. Et le président Daniel Galy a confirmé s’être rapproché de compagnies à bas coûts, en vue d’étoffer l’offre de destinations. « Nous en avons prospecté un large éventail et nous avons formalisé plusieurs propositions, à l’adresse de différents opérateurs ». Pour 2007, le projet de la Chambre porte « sur la création d’une première ligne internationale vers la Grande-Bretagne ou l’Allemagne, à raison de trois à quatre vols par semaine ». Et ce peut-être dès avril… A l’horizon 2009, la CCI table sur trois ou quatre liaisons low-cost, générant un trafic entrant de 150 000 passagers par an. Ces lignes engendreraient en outre « 300 millions d’euros de retombées économiques par an » et des créations d’emplois. Une activité qui s’inscrirait dans « la complémentarité » avec celle des aéroports voisins de Carcassonne, Perpignan et Montpellier.




Fret : sur la bonne voie


Avec son Plan Fret 2006, la SNCF œuvre à améliorer ce service. « La Région de Montpellier occupe, avec plus de 7,2 millions de tonnes en 2005, une place de premier ordre pour le transport de marchandises ». Surtout sur des secteurs stratégiques : sidérurgie, automobile, papier (trafic vers l’Espagne), céréales, charbon (via les ports de Sète et Port-la-Nouvelle) ou produits de grande consommation. Et la gare Fret à grand rayon d’action de Béziers, mise en service en mai 2006, monte en puissance. La SNCF propose des solutions adaptées à chacun : ici, des accords locaux de service ont été signés avec Gazechim, Saipol…




Un centre routier sécurisé


Un nouveau concept de centre routier a été lancé en juillet dernier par les Autoroutes du Sud de la France dans l’Hérault. A proximité de la sortie Béziers-Ouest de l’A9, le Truck Etape dispose d’une position stratégique pour le transport de marchandises…
Sur cet axe très emprunté, notamment en transit européen, le trafic moyen est de 12 000 poids lourds par jour ! « Ce centre répond à une forte demande de sécurisation du fret routier, qui émane des transporteurs, mais aussi des compagnies d’assurance et des pouvoirs publics », explique Laurent Bonnacasa, son responsable. « Il s’agit également d’accroître les capacités de parking pour poids lourds, insuffisantes sur l’A9, et d’éviter les stationnements anarchiques autour des aires d’autoroute ». Avec 350 places de parking, il est adapté aux étapes des routiers sur toutes sortes de trajets, mais aussi pour sécuriser temporairement des véhicules transportant des marchandises de valeur... De nombreuses prestations leur sont proposées : espace de repos, services d’hygiène optimums, restaurant, bar, boutique et, bientôt, un espace communication (avec internet). Sans oublier deux stations de carburant et une de lavage. De quoi leur changer la vie !




Le succès du TGV

La SNCF fête en 2006 les 5 ans du TGV Méditerranée. Depuis le Languedoc-Roussillon, ce sont des relations directes vers une bonne dizaine de métropoles européennes. « En 5 ans, 25 millions de voyageurs ont choisi ce TGV sur la région ». Il gagne chaque année 300 000 clients en Languedoc-Roussillon. Le TGV grignote des parts de marché à l’avion et à la route, avec un vif succès dans ses huit gares (dont Agde et Béziers, qui proposent de plus en plus d’aller retour vers Paris). Quant à la ligne à grande vitesse vers l’Espagne, si le tronçon entre Figueras et Perpignan est attendu pour 2009, celui jusqu’à Montpellier se fait désirer…