ENTRETIENS GAGNANTS N° 2 - Edition Narbonne

Aude : une situation économique contrastée


Tendance régionale

Depuis deux ans, tant au niveau national que régional, l’économie repart. Si tous les indicateurs ne sont pas tous au vert, ils sont passés du rouge à l’orange. En Languedoc-Roussillon, l’activité industrielle conserve la bonne orientation déjà enregistrée depuis le début de l’année et confirme toujours une croissance sensible. Le courant des commandes nouvelles reste soutenu avec une orientation de la demande toujours dynamique en provenance de l’étranger et plus particulièrement de l’Union Européenne. Malgré le creux saisonnier de certains compartiments et des performances plus atténuées que prévu des segments liés au tourisme, les résultats de l’ensemble des services marchands ressortent améliorés sur 2006. Au 1er trimestre, les créations d’entreprise enregistraient une hausse de 7,9%, à une année d’intervalle. En regard, les défaillances d’entreprise augmentent de 11,3%. Quant au taux de chômage, il est passé de 12,9%, à 11,7% entre mars 2006 et mars 2007. Au niveau touristique, en août 2007, dans le domaine de l’hôtellerie, le taux d’occupation est en régression par rapport au même mois de référence de 2006, mais en augmentation par rapport au mois précédent grâce à une demande étrangère importante. La progression se porte essentiellement sur l’hébergement, la restauration affichant des résultats décevants. La durée moyenne des séjours se limite à deux ou trois nuits.


Création d’entreprise en berne mais baisse du chômage

Dans l’Aude, la situation reste contrastée. L’aéroport continue de prouver qu’il tire l’économie vers le haut. Ainsi, le tourisme est encore et toujours le principal atout du département. Mais le secteur commercial dans son ensemble conserve un niveau assez médiocre. Entre les 1er trimestres 2006 et 2007, les créations d’entreprises enregistrent une baisse de 10.8%, retrouvant un niveau comparable à celui enregistré au 1er trimestre 2005. Les activités des services aux entreprises, les hôtels, cafés et restaurants sont en hausse.
Sont en baisse : la construction, l’industrie, le commerce et les services aux particuliers. En revanche, les défaillances d’entreprises diminuent : 9 de moins au 1er trimestre 2007, à une année d’intervalle. Soit une baisse de 11,4%.

Le taux de chômage est lui passé de 11,8% à 10,6% de mars 2006 à mars 2007. Les demandes d’emploi ont diminué de 3,7% entre mai 2006 et 2007. Les 25-49 ans et les 50 et plus, sont les catégories qui profitent le plus l’embellie. Les moins de 25 ans restent, eux, au même niveau. Fait rare, la diminution du nombre de chômeurs profite plus particulièrement aux chômeurs de longue durée. Ils enregistrent à eux seuls une baisse de 11,9%. Soit 384 chômeurs en moins.Le chômage de courte durée n’a diminué que de 0,3%. En mai 2007, 1784 demandes d’emploi ont été enregistrées, soit 101 de plus, qu’à la même époque en 2006. 2047 demandes ont été sorties, soit 127 de plus qu’en mai 2006. Les 2004 offres d’emploi enregistrées en mai 2007 concernent pour près de deux tiers des emplois temporaires ou occasionnels. Les offres d’emplois durables sont, quant à elles, en recul de 2,5%.






Port-La Nouvelle, 3e port de Méditerranée

3e port français en Méditerranée, 6e port de céréales et 9e port pour le trafic de produits pétroliers, Port-La Nouvelle intègre aussi une darse de pêche et sa halle ainsi qu’une petite entité de plaisance. Le trafic annuel du port parle de lui-même. 2 500 000 tonnes d’Hydrocarbures, 800 000 tonnes de céréales et 200 000 tonnes de vrac et marchandises divers transitent par La Nouvelle. Le site prévoit de se doter d’un nouveau terminal pétrolier qui lui permettra de prendre son essor. La nouvelle criée conçue aux normes européennes, traite 1500 tonnes de poissons « blancs » et 2000 tonnes de poissons « bleus » par an.


Lézignan-Corbières, carrefour économique Située à une heure de Toulouse et de Montpellier et deux heures de Barcelone, la ville de Lézignan-Corbières constitue le point de passage obligatoire pour relier la région Midi-Pyrénées à la Méditerranée. Une augmentation constante des moyennes journalières enregistrées au péage autoroutier de Lézignan traduit le flux croissant de la circulation et l’attrait des zones de chalandise. Entre 1989 et 2006, le trafic a été multiplié par 2,5. La ville bénéficie en effet d’une situation privilégiée sur l’axe corridor routier européen avec l’autoroute à proximité. Dans les zones d’activités, plus de 100 entreprises emploient 5 000 personnes. A noter que 24 ateliers-relais ont été installés et financés par la commune pour un montant de 7 M€.


40 % de la population audoise (soit 126 391 personnes selon les sources Insee) vit dans l’arrondissement de Narbonne. De part sa situation privilégiée (sud de la France, bord de mer, etc.) Narbonne voit sa population augmenter au niveau départemental de 1,3 % par an, soit deux fois plus que la moyenne nationale. Son taux de croissance serait même supérieur à celui de ses voisines : Carcassonne et Béziers. Elle bénéficie en outre d’une excellente image à l’extérieur : développement durable, piste cyclable, espace vert, etc. Entre 1999 et 2004, la zone emploi a généré 6600 emplois en plus. Une activité économique qui reste cependant intimement liée au tourisme. Ainsi, l’emploi saisonnier généré par le tourisme et la viticulture attire une population précaire. L’arrondissement de Narbonne connaît un taux de chômage supérieur au reste du département. 41 % des foyers sont imposés contre 43 % à Carcassonne. Le salaire moyen est 20% inférieur au niveau national et la baisse du chômage y est plus lente.


Tourisme : les chiffres de l’année 2006

Au niveau du bassin narbonnais, l’hôtellerie de plein air offre la capacité d’accueil la plus importante avec presque la moitié du nombre total de lits marchands, soit 47%. Les résidences secondaires représentent 81% du nombre de lits touristiques. 89% de ces propriétaires ont pour lieu de résidence principale la France, 22% du total habitent dans l’Aude, 19% la région Midi-Pyrénées et 11% de ces résidences secondaires sont détenues par un propriétaire étranger. La circonscription de Narbonne concentre la majeure partie de la capacité d’accueil du département, tous hébergements confondus. Ainsi, en 2006, on évalue sa fréquentation touristique à 13 196 587 nuitées, alors que l’Aude franchit le cap des 17 000 000 nuitées, et que la région Languedoc-Roussillon comptabilise 113 119 000 nuitées.
44% des entreprises inscrites au Registre du Commerce sont liées plus ou moins fortement à cette activité touristique de l’arrondissement de Narbonne. La part de chambres classées en 0* sur la circonscription de Narbonne est largement supérieure aux moyennes départementale, régionale et nationale. Les catégories haut de gamme (3* et 4*) sont ainsi beaucoup moins fréquentées sur la circonscription que sur la France dans son ensemble.
Les hôtels de catégorie 2* représentent la part la plus importante de l’offre hôtelière en nombre de lits sur l’arrondissement. A noter que de nombreux hôtels ne sont pas classés en préfecture (24%). Sur l’arrondissement, le taux d’occupation moyen sur l’année 2006 est de 51,2%.
Narbonne-Ville enregistre un taux moyen de 55,6%, l’arrière-pays 46,5% et le littoral 39,9%. Juillet et août cumulent les meilleurs taux de fréquentation (71,7% et 86,50%). La clientèle d’affaire représente 32%, contre 68% pour la clientèle touristique. Le CA moyen d’un hôtel de l’arrondissement est de 331 000 €. Pour Narbonne, il est de 413 000 €.
La durée moyenne de séjour est de 1,52 jours pour le français contre 1,64 jours pour les étrangers. Le revenu par chambre mensuel le plus élevé correspond au mois d’août, avec 59 €. Sur Narbonne, ce revenu est de 26,60 €, sur le littoral il est de 28,50 € et dans l’arrière-pays il s’élève à 30 €. Presque tout au long de l’année, le littoral concentre les établissements qui pratiquent les prix les plus élevés en hébergement sec, surtout en haute saison.
Quant à l’hôtellerie de plein air, les campings privés représentent 62%. 8 campings sont classés 1*, 16 classés 2* et 13 classés 3*. Les campings 3* implantés sur le littoral ont le taux d’occupation le plus élevé sur l’ensemble de la saison (39% en moyenne de mai à septembre). Parmi les clientèles étrangères, les nationalités d’Europe du nord sont les plus représentées. En basse saison, le prix moyen d’un emplacement caravane est de 15 €. Il passe à 18 € en juillet et août. Une location mobil-home à la semaine est de 276 € en basse saison. Il passe à 495 € en juillet et août.
Quant à la fréquentation touristique des sites Audois, on estime qu’environs 304 000 visiteurs ont fréquenté l’ensemble monumental de Narbonne, avec un pic de fréquentation en août qui concentre 29% des visiteurs de l’année 2006. De mai à septembre, l’Espace de Liberté a comptabilisé 131 000 entrées, toutes activités confondues. En terme de location de VTT, août est le meilleur mois avec 35% du total.