ENTRETIENS GAGNANTS N° 2 - Edition Beziers

Meca Coating Industry

Des pièces de précision pour l’industrie du pétrole

Meca Coating Industry est une jeune entreprise créée en 2002. Filiale de TOFER, une société toulousaine intervenant en mécanique de précision et traitement de surface, elle intervient dans le secteur pétrolier et développe un réel savoir-faire dans l’utilisation de procédés spéciaux et innovants. Installée à Béziers à la demande de la CAMERON, un de ses principaux clients, cette structure est dirigée par Thierry Barthe depuis octobre 2005.

A l’origine, MCI n’était qu’une unité supplémentaire d’usinage pour l’entreprise TOFER, sa maison mère. Lorsque Thierry Barthe en a pris les rennes, la petite structure d’alors lui consacrait 90% de son activité en sous-traitance. Aujourd’hui, moins de 2 ans après, les chiffres se sont inversés et 90% du chiffre d’affaire est généré par de nouveaux clients que Thierry Barthe a su conquérir. Avec un doublement de l’activité et une équipe de désormais 30 personnes, MCI va s’installer dans de nouveaux locaux plus spacieux avant la fin de l’année.


Un produit fabriqué de A à Z par l’entreprise

L’activité de MCI est consacrée à 100% à l’industrie pétrolière. Si son principal client reste la CAMERON, elle produit des pièces pour les secteurs du forage, des têtes de puits et autres vannes à opercule et les vend partout où existe une industrie pétrolière, de Singapour à l’Argentine, en passant bien sûr par l’Europe. « Nous proposons à nos clients un produit complet » souligne Thierry Barthe, « nous achetons la matière première , nous l’usinons, nous réalisons les revêtements , montage et test. » Une fois la pièce fabriquée, elle est strictement contrôlée afin qu’elle ne comporte aucun défaut puis, par un procédé long et pointu, elle reçoit un revêtement de surface par immersion ou application au pistolet. MCI fait également du rechargement « stellite », matière première qui, une fois appliquée sur les pièces fabriquées, permet de les durcir localement et ainsi de leur garantir une longévité maximale lors du fonctionnement. Sur certaines pièces, le client demande à l’entreprise de procéder également au montage. Elle procède alors à des tests de fonctionnement avant de livrer les systèmes. Avantage pour le client, il n’a qu’un seul fournisseur, un seul interlocuteur qui aura procédé à toutes les étapes depuis la transformation de la matière brute jusqu’à la livraison de la pièce très sophistiquée.

Expansion et implication


Pour Thierry Barthe, « notre meilleure carte de visite, c’est la confiance que nous porte la CAMERON, leader mondial dans ses différents secteurs d’activités. » Le déménagement de MCI dans ses nouveaux locaux en fin d’année va lui permettre d’intégrer deux nouveaux procédés spéciaux et d’embaucher du personnel supplémentaire. Ces employés, très spécialisés, sont assez difficiles à trouver pour l’entreprise. C’est pourquoi tous les nouveaux arrivants dans l’équipe sont systématiquement confiés au personnel en place. Ce n’est qu’après avoir été formés en doublon jusqu’à la maîtrise parfaite de leur nouvelle activité qu’ils pourront être autonomes dans leur poste. Souple et légère, Meca Coating Industry pratique les 3 X 8 et sait s’adapter aux demandes de ses clients et, si le planning l’exige pour respecter des délais de livraison, les ateliers fonctionnent le weekend. L’implication des employés dans leur entreprise a perdurée dans cette société familiale permettant à MCI une grande réactivité vis à vis de ses clients, comme de ses fournisseurs.

Thierry Barthe

Mécanique précision

• Un produit complet
• Une grande réactivité
• Un niveau de qualité proche de 100% décerné par leurs clients
• Une connaissance et une maîtrise parfaite de leur domaine d’activité
• De véritables partenariats avec les clients comme les fournisseurs
• Une grande implication du personnel dans son entreprise

M.C.I.
ZI du Capiscol
7, Rue Charles Richet
34500 Béziers Tél : 04 67 09 27 60 Fax : 04 67 76 29 69
t.barthe@tofer.fr - www.tofer.fr

Si j’étais président de la république… « Je remettrais en place ce qui a disparu dans la

formation. Avant, les élèves apprenaient à connaître le tissu industriel. Aujourd’hui, le

manque de relations entre l’entreprise et le milieu scolaire suscite de leur part un

manque d’intérêt par méconnaissance. On a parfois l’impression de deux mondes différents !

»